Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ze blog off de Philippe Mugnier

Articles avec #decale catégorie

Mai 2020 : sous la plage, les pavés !

Publié le 6 Mai 2020 par Philippe Mugnier-Eté dans Prospective, Politique, Marketing, Décalé

Alors que la date de déconfinement approche et que les comptes en banques des particuliers comme des entreprises font pâle figure, l’actualité médiatique révèle une obsession des Français, non pas pour leurs modalités de reprise du travail mais pour la planification de leurs prochaines vacances estivales… Dans la hiérarchie des réponses attendues de la puissance publique, la question de la réouverture des plages et des déplacements estivaux semble autant, voire plus centrale que celle des modalités du retour en entreprise. Et vous, vous allez faire quoi pour vos vacances d’été demande Monsieur Dupont à son voisin masqué, tout comme lui voyageur et aventurier d’ascenseur… ?

Dans ce grand chamboule-tout imposé par cette tragédie covidienne, s’il est bien une partie de notre logiciel personnel qui n’a pas bougé, c’est l’idée que les vacances d’été, cela reste sacré, pas touche aux rites juilletistes ou aoûtiens des estivants ! Au drame des morts du Covid-19 et d’une économie massacrée ne peut donc s’ajouter celui de vacances d’été amputées, le bouchon serait poussé trop loin. On fera les comptes à la rentrée de septembre, entre-temps, vacances et rosé SVP ! On a suffisamment morflé depuis mars n’est-ce-pas ?  Alors place au farniente - et de suite ! Toucher à notre culture vacancière, cela revient à toucher à notre intégrité, c’est une question civilisationnelle Monsieur – et vive la France ! Car les vacances appartiennent désormais au registre des libertés fondamentales, celles qui conditionnent notre dignité si elles venaient à être chahutées. La France moderne issue de 36 et des congés payés s’est construite avec des billets de banque affublés d’une Marianne aux nibards à l’air pour acheter sa glace vanille-pistache. Sur cette base, l’exposition des corps sur nos plages est depuis devenue notre grande messe républicaine annuelle.

Depuis le 17 mars, passe encore de se voir infantilisé par des attestations de sortie, des injonctions à en baver pendant le confinement, une déresponsabilisation de soi par l’omniprésence des pères fouettards, une propagande d’état télévisuelle, une vie démocratique à marée basse, un abrutissement TV à coup de petit baigneur de Funes pour seule évasion culturelle… passe encore donc tout cela, mais les vacances, enfin, les vacances, non – PAS-LES-VA-CAN-CES ! Cette séquence estivale qui paraissait traditionnellement futile ou secondaire dans notre savoir-être national s’affirme plus que jamais vitale et centrale pour les citoyens. Dont acte – vox populi vox… !

Outre l’impératif économique qui sous-tend la réouverture rapide des entreprises touristiques, toucher aux droits acquis des vacances déclencherait sans nul doute une véritable bombe politique, alors que les pétards sont déjà prêts à sauter, et ce bien avant le 14 juillet. A la guerre comme à la guerre, certains imaginent pourtant dans leur fort intérieur, sans oser trop l’exprimer cependant que, pour rattraper le « temps perdu », les mômes aillent à l’école jusqu’à la fin juillet et leurs parents au boulot plutôt qu’au camping, parce que vous comprenez, dit la petite musique, il faut bien relancer la machine économique, un peu de pudeur et de sueur que diable, au turbin les gars les filles, les vacances peuvent attendre... ! Sauf que la machine économique, l’été, c’est le tourisme. Vous en voyez d’autre vous de machine ? Même s’il faut bien remplir son frigo, imaginez-vous un instant un mois d’août laborieux (sauf pour les cafetiers j’entends) ?  Stop, pas touche aux congés donc, autrement on ressort illico-presto maillots et bonnets de bain jaunes ! Après huit semaines de confinement, bien que fatigués psychologiquement, alors que les corps n’ont peut-être jamais été autant reposés, ceux-ci réclament déjà à se prélasser ? Allez, vite - au turbin ! se tentent à relayer certains éditorialistes, et quand vous aurez bien bossé, les vacances pourront s’envisager… Une telle expression est évidemment difficilement assumable et du reste peu s’y sont risqués… Les politiques et employeurs qui ont osé évoquer la prise de congé sur la période de confinement se sont pris une volée de bois vert.

Alors se diffuse l’idée d’un tourisme d’hyper-proximité pour cet été… Quel drôle de concept tout de même ! C’est quoi un tourisme d’hyper-proximité sinon une pratique de loisirs du dimanche que l’on répète tous les jours qui suivent… ? On accueille des amis chez soi puis, à moins d’une heure de route, une balade ici, un château et un musée par-là, puis on recommence le jour d’après ? Cela, c’est dans le meilleur des cas, car beaucoup de français ont toujours trouvé leur dimanche ennuyant, alors c’est ennuyeux - les multiplier en semaine, c’est pas glop ! Franchement, ce concept d’hyper-proximité est-il la conséquence d’une exigence de prudence sanitaire dont l’efficacité reste à prouver ou plutôt la volonté de faire passer l’idée que, puisque cet été va être aussi similaire à tant de dimanches déjà vécus, alors autant aller au boulot !? Difficile de se risquer à ce procès d’intention.

Bref, chacun pressent qu’à la rentrée de septembre, tout le monde va morfler dans ce monde à réinventer. Notre énergie et créativité seront alors à dédoubler, pour bosser ou pour gueuler. Alors, siouplaît, avant de basculer définitivement dans l’autre monde, accordez-nous une toute dernière parenthèse enchantée, faite de vraies libertés et autres joyeusetés, vive les vacances d’été, et pas que de proximité ! Sinon, à la rentrée, sous la plage - les pavés !

 

Philippe Mugnier-Eté

6 mai 2020

 

commentaires

10 idées de tourisme expérimental pour vos prochaines vacances

Publié le 3 Mars 2014 par Philippe MUGNIER dans Décalé

1. ARCHEOTOURISME

Refaire à l’identique des voyages que l'on a effectués jadis.
 

2. ANACHRONOTOURISME

1.Voyager muni d’un titre de transport périmé ou par un moyen de locomotion obsolète (chaise à porteurs, grand-bi, palanquin, galère, fiacre, draisine, 2 CV, dirigeable, etc),
2. Visiter une ville étrangère selon les conseils d’un guide de voyage dans une édition ancienne

 

3. CONTRE-TOURISME

1.Voyager en adoptant une conduite systématiquement opposée à celle que recommandent les guides.
Par ext. attitude qui consiste à prendre à contre-pieds les dictons d'inspiration touristique. Par exemple voir

Naples et survivre ou mourir sans avoir vu Naples, décider qu'aucun chemin ne mène à Rome, partir et mourir beaucoup, ne pas ménager sa monture et voyager loin quand même, etc…

2. Courir les monuments et sites touristiques majeurs non pas pour les photographier mais pour immortaliser la vue qui s’offre à contre-champ depuis eux.

4. ESTHÉTOURISME

Voyager d’«Hôtel Bellevue » en « Hôtel Belle Vue » . Photographier, dessiner, ou peindre ladite belle vue qui s’offre, chaque fois, depuis la fenêtre de sa chambre.*

5. KIF-KIF TOURISME

1. Didact.Doctrine touristique selon la¬quelle tous les ailleurs se valent.
2. Partir pour une destination dont le nom est formé par redouble¬ment : Sing-Sing, Bora-Bora, Baden-Baden…

6. MINIMAL TOURISM

Parcourir des espaces dépouillés de grandes dimensions : déserts, tarmacs, parkings d’hypermarchés le dimanche…

7. NEOTOURISME

Courir les lieux du monde qui se vantent d'être nouveaux : Terre Neuve, la Nouvelle Zeelande, New-York, Neudorf…

8. THALASSO EXPERIMENTALE

Prétextant une panne de chaudière ou une coupure d'eau, se faire inviter à prendre un bain chez ses différents amis. Emporter avec soi l’attirail du parfait curiste: savon, shampooing, livre, serviette, peignoir, jeu d'échecs flottant, walkman étanche, algues, Martini…


9. TOURISME

Inclination particulière pour les tours, beffrois, clochers, campaniles, minarets, gratte-ciels…

10. TOURISME UNDERGROUND

Explorer les stations de métro qui portent des noms d’ailleurs : Anvers, Argentine, Babylone, Bir Hakeim, Campo Formio, Crimée, Danube, Iéna, Italie, Liège, Luxembourg, Pyrénées, Rome, Sébastopol, Simplon, Solferino, Stalingrad, Wagram…

Et bien d'autres sur www.latourex.org

 

commentaires

Le regard inversé d'Africa for Norway - Chauffe Radi-Aid, chauffe !

Publié le 4 Février 2014 par philippemugnier dans Décalé

Les Africains s'unissent pour sauver les Norvégiens du froid. Comme eux, vous aussi, vous pouvez donner votre radiateur et diffuser de la chaleur. En avant ! Collectez radiateurs, expédiez-les, diffuser de la chaleur, diffusez vos sourires ! Dites un grand oui à l'initiative Radi-Aid ! 

 

Plus sérieusement, voici le coeur du projet Radi-Aid... www.africafornorway.no 

Imagine if every person in Africa saw the “Africa for Norway” video and this was the only information they ever got about Norway. What would they think about Norway?

If we say Africa, what do you think about? Hunger, poverty, crime or AIDS? No wonder, because in fundraising campaigns and media that’s mainly what you hear about.

 The pictures we usually see in fundraisers are of poor African children. Hunger and poverty is ugly, and it calls for action. But while these images can engage people in the short term, we are concerned that many people simply give up because it seems like nothing is getting better. Africa should not just be something that people either give to, or give up on.

 The truth is that there are many positive developments in African countries, and we want these to become known. We need to change the simplistic explanations of problems in Africa. We need to educate ourselves on the complex issues and get more focus on how western countries have a negative impact on Africa’s development. If we want to address the problems the world is facing we need to do it based on knowledge and respect.

 

WHAT DO WE WANT ?

 1. Fundraising should not be based on exploiting stereotypes

2. Most of us just get tired if all we see is sad pictures of what is happening in the world, instead of real changes.

 3. We want better information about what is going on in the world, in schools, in TV and media.

4. We want to see more nuances. We want to know about positive developments in Africa and developing countries, not only about crises, poverty and AIDS. We need more attention on how western countries have a negative impact on developing countries.

5. Media: Show respect. Media should become more ethical in their reporting. Would you print a photo of a starving white baby without permission? The same rules must apply when journalists are covering the rest of the world as it does when they are in their home country.

6. Aid must be based on real needs, not “good” intentions. Aid is just one part of a bigger picture; we must have cooperation and investments, and change other structures that hold back development in poorer countries. Aid is not the only answer.

www.africafornorway.no

commentaires

SNCF : grandeur et décadence du principe horloger

Publié le 17 Décembre 2013 par philippemugnier dans Décalé

La SNCF aime les horaires précis et déteste les chiffres ronds. Ce samedi, journée de grands départs des vacances, je poirote déjà depuis 30mn devant le seul guichet ouvert sur 3 de la gare SNCF de Cluses, fief haut-savoyard du décolletage et de l’horlogerie. Devant moi, plus de 15 personnes commencent à tourner en bourrique. Tout l’effet destressant de leurs vacances à la montagne part en fumée. Par bonheur, la guichetière est protégée d’une vitre. Devant le comptoir, un joli panonceau vous rend soit dingue, soit vous amuse pendant cette attente interminable. Ce jour, je fais le choix de la seconde option et m’évade de cette queue par la pensée en me lançant dans de savants calculs.

Ces derniers sont complexes mais vérifiez bien, le préposé effectuera bien 7 heures par jour X 5 jours = 35 h par semaine. Exactement 3h55 de travail entre 8h10 et 12h05 puis 3h05 de labeur entre 14h35 à 17h40. 3h55 + 3h05 = 7 !!! Le compte est bon. 7 heures par jour ! De ce panonceau Kafkaïen, Jacques Prévert ou Boris Vian en auraient fait de superbes poèmes et chansons surréalistes. Y aurait-il un savant horloger à la SNCF de Cluses qui pourrait m’expliquer pourquoi l’option 8h-12h et 14h30-17h30 n’a pas été retenue pour l’ouverture des guichets? Solidarité des ouvriers du rail avec ceux du décolletage et de l’horlogerie ? Crise oblige, il s’agit certainement de relancer l’industrie de la montre… http://www.musee-cluses.fr

 

commentaires

Corée du Nord - le paradis touristique oublié...

Publié le 15 Novembre 2011 par Philippe MUGNIER dans Décalé

Témoignages on-line sur www.koryogroup.com- agence on-line spécialiste de la Corée du Nord.... Pour ma part, je n'ai rien à rajouter.

"A trip to North Korea is the greatest possible adventure, there is simply nowhere as amazing, if you do not visit you are missing out…but until you have been it is difficult to tell just how mind-blowingly wonderful it all is!"
Andy Kershaw BBC Radio 3, on his 4th visit to North Korea with Koryo Tours for his music tour, November 2003 (From a US tourist - August 2007)

Dear Hannah, A million thanks for the tour to the most fascinating country in the world! It was all I dreamt it would be and much more. I really appreciate your time and patience in making the trip truly enjoyable, memorable and educational. I hope to travel with Koryo Tours again in the future.
Please send my thanks to Simon and Nick as well.
Thanks!!!!! 

 


    

commentaires

Tourisme dingo-nounours pour maîtres équilibrés

Publié le 23 Juin 2011 par Philippe MUGNIER dans Décalé

Vous êtes l'heureux maître d'une peluche qui recherche désespéremment une véritable visite culturelle, un peu de repos, de la relaxation et du dépaysement ? L'océan de douceurs et reconfort que votre ours en peluche vous procure depuis votre tendre enfance mérite bien une belle reconnaissance de votre part, non ? Vous pouvez donc désormais lui offrir le voyage de ses rêves. L'agence TEDDY TOUR à  BERLIN propose à votre peluche préférée une semaine de vacances pour une visite complète de Berlin (monuments majeurs, shopping, musées, ...), un picnic au parc ou encore les soins attentifs d'un physiothérapeute. Naturellement,  votre peluche reviendra avec un superbe album photo de ses périples et vous recevrez quelques jours plus tard ses cartes postales de tendre reconnaissance. 



Trois principes forts guident les prestations de l'agence :


1.  La sécurité - et ce de son arrivée à l'aéroport à la fin du voyage. Normal, une peluche fait partie des êtres les plus irremplaçables qui soient. Leur perte est tout bonnement impensable pour vous.
2. La non-discrimination : quelque soit la race et couleur, nationalité, religion, orientation sexuelle, forme physique ou psychologique de votre peluche - le service sera au top.
3. L'environnement : tout son périple se fera en vélo ou en transports en commun, votre peluche pouvant ainsi pleinement se vivre en eco-citoyen

4 packages sont possibles de 39 à 139 €  : circuit "paparazi", "compact", '"exclusif" ou "deluxe"

 

commentaires