Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ze blog off de Philippe Mugnier

FreeGaza : la croisière ne s'amuse plus ou la naissance du "tourisme activiste" ?

Publié le 17 Août 2008 par Philippe MUGNIER dans Politique

Ils ont une moyenne d'âge de 60 ans, sont américains, anglais, allemands, israëliens ou palestiniens et présentent le profil parfait de croisiéristes prêts à savourer une croisière qui s'amuse. Pourtant, ces touristes sont d'un nouveau genre : ils préparent une croisière commando entre Chypre et Gaza dès fin août 2008 - l'abordage du blocus de Gaza - ni plus, ni moins ! Leur objectif : alerter l'opinion publique internationale sur le calvaire de la bande côtière palestinienne étranglée depuis plus d'un an par le blocus israëlien. Ces compagnons et

vétérans grisonnants ne rêvent que d'ouvrir de force avec leur bâteau (qu'aucune compagnie d'assurances au monde ne souhaite du reste assurer...) la première ligne maritime à destination de l'enclave sabloneuse de Gaza depuis son occupation par les troupes de l'état d'Israël en 1967. En dépit d'une grande tension et pressions depuis l'annonce de leur projet, les apprentis matelots tiennent bon. L'annonce que la marine israëlienne envisage d'arraisonner leur flotille ne les décourage pas. Après deux années de préparatifs épiques, tous ont le sentiments d'avoir déjà gagné. "Si les Israëliens nous arrêtent dans les eaux internationales, c'est un crime. s'ils nous arrêtent dans les eaux de Gaza, c'est la preuve qu'en dépit de l'évacuation des colons ce territoire est toujours sous occupation. Or, en droit international, l'occupant doit s'assurer du bien-être de la population, ce que bien sur Israël ne fait pas. Dans les 2 cas, on est gagnants. On prend le pays en flagrant délit de violation du droit international" affirment-ils. CQFD ! Par précaution, Hedy Epstein, la super-mamie de la troupe a pris des cours de natation à la piscine municipale avant de quitter le Missouri pour cette croisière sérieuse. Sait-on jamais...

Mission réussie !

Sommes nous aux prémisses d'une nouvelle forme de tourisme : le "tourisme activiste" visant à profiter de son temps de vacances pour dans un cadre "enchanteur" d'une activité normalement de loisirs pousser un coup de gueule et mettre un beau boxon médiatique ?


Illustration d'actions possibles :

- mobiliser 500 skieurs sur un télésiège et refuser collectivement de descendre de son siège avant que la station de ski ne se prononce sur des enjeux de développement durable et aménagement de la montagne ?
- débarquer à 50 touristes dans une ferme auberge et prendre en otage un troupeau de vaches dans l'étable en exigeant de la Préfecture  et de la Chambre Régionale d'Agriculture de revoir leurs engagements en matière de subventions à l'agri-culture bio, à l'utilisation de farines animales, ...

- inviter plus de 5000 visiteurs dans le Louvre à refuser de sortir à la fermeture du musée en créant l'évènement médiatique qui invitera le Ministère de la Culture à reconsidérer sa politique tarifaire et d'accès à la culture, ...

- dans un hôtel club all-inclusive situé dans un pays en voie de développement, mener la fronde de tous les résidants de l'hôtel qui s'empareront de quantités phénoménales de nourriture de la formule buffet à gogo au bénéfice immédiat des populations pauvres environnantes de l'hôtel, ...

Bref, le "tourisme activiste" reste à inventer tout en ne faisant aucune concession sur le cadre bucolique, dépaysant, charmant de l'endroit (le Droit aux vacances ainsi respecté). Il permettra cependant à son adepte (plutôt à ses adeptes, car l'effet masse et de groupe est capital pour sa réussite) de revenir à la maison en ayant de beaux souvenirs de vacances à raconter à ses collègues de travail tout en ayant le sentiment du devoir accompli en matière éthique et politique, voire quelques résultats probants.

 


 

commentaires