Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ze blog off de Philippe Mugnier

Nouvelles beautés touristiques insoupçonnées de ce monde : le "tourisme mercatique"

Publié le 4 Janvier 2012 par philippemugnier dans Marketing

Le tourisme est une industrie merveilleuse… Elle n’a de cesse d’inventer de nouvelles beautés sans lesquelles l’Homme ne pourrait construire et éduquer son sens du Beau, du Noble, du Vrai, de l’Héroïque. Il y a encore quelques années, la découverte touristique était une révision, illustration ou approfondissement « en réel » et sur le terrain de nos cours oubliés et biens enfouis de géographie, géologie, botanique, histoire, architecture ou encore politique. Les vacances d’alors avaient un goût d’après classe et l’instituteur était remplacé par le guide à casquette. Toute visite était alors prétexte à se confronter par la pierre à la réalité passée des Grands Hommes, des Grands Faits, des Grandes Œuvres de l’art et des techniques et de la magie réelle de la nature. Désormais, le jeune touriste devra avoir fait un petit détour par « Voici », « Paris Match » et le « Journal de 20h » pour bien comprendre ce que ses parents veulent lui montrer en vacances parmi les nouvelles beautés incontournables de ce monde. Le voyageur Ulysse, désormais imbibé par l’industrie envahissante de l’entertainment et de la  « pipolisation » du monde trouve désormais ses héros où il peut – dans les magazines chez son coiffeur s’il n’a

les moyens de voyager ou alors sur les lieux que l’industrie du tourisme désormais « pipolisée » à grand renforts de publicité. Magie du tourisme, chaque lieu de ce monde peut devenir un must touristique par la puissance de l’industrie de l’imaginaire et du futile. Le poème se déclame maintenant ainsi : Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage  et comme cestui là s’est exalté en découvrant le « Pont de Rivière Kwai » de Steve McQueen au Sri Lanka, a joggé sur le même chemin que Sarkozy à Brégançon, a retrouvé avec émotion le lavoir de la Mère Denis dans le Morbihan, à joué à Passepartout à Fort Boyard en Charente, a crapahuté dans les volcans de la pub Volvic, a retrouvé l’hôtel de l’île Maurice sur la plage duquel Emmanuel Béart a dévoilé sa poitrine à la France entière,

a retrouvé le pont du village de Bergues  à partir duquel le facteur Ch'Ti Dany Boon a pissé dans la rivière, a savouré les paysages de Patagonie dans lesquels Florent PAGNY exerce sa liberté de penser, a remplacé le guide Michelin par la prose DaVinci Codienne pour la découverte des grands monuments parisiens, à navigué dans l‘lndochine de Catherine Deneuve… (ou de Marguerite Duras pour les plus cultivés),…A côté des merveilles bien réelles qui visiblement ne suffisent plus à satisfaire les touristes, l’industrie avait déjà inventé le commerce du souvenir de pacotille. Désormais, l’objet du tourisme est aussi de visiter des pacotilles. Le show-business est désormais le meilleur allié de l’industrie des voyages.

commentaires

Corée du Nord - le paradis touristique oublié...

Publié le 15 Novembre 2011 par Philippe MUGNIER dans Décalé

Témoignages on-line sur www.koryogroup.com- agence on-line spécialiste de la Corée du Nord.... Pour ma part, je n'ai rien à rajouter.

"A trip to North Korea is the greatest possible adventure, there is simply nowhere as amazing, if you do not visit you are missing out…but until you have been it is difficult to tell just how mind-blowingly wonderful it all is!"
Andy Kershaw BBC Radio 3, on his 4th visit to North Korea with Koryo Tours for his music tour, November 2003 (From a US tourist - August 2007)

Dear Hannah, A million thanks for the tour to the most fascinating country in the world! It was all I dreamt it would be and much more. I really appreciate your time and patience in making the trip truly enjoyable, memorable and educational. I hope to travel with Koryo Tours again in the future.
Please send my thanks to Simon and Nick as well.
Thanks!!!!! 

 


    

commentaires

Tourisme dingo-nounours pour maîtres équilibrés

Publié le 23 Juin 2011 par Philippe MUGNIER dans Décalé

Vous êtes l'heureux maître d'une peluche qui recherche désespéremment une véritable visite culturelle, un peu de repos, de la relaxation et du dépaysement ? L'océan de douceurs et reconfort que votre ours en peluche vous procure depuis votre tendre enfance mérite bien une belle reconnaissance de votre part, non ? Vous pouvez donc désormais lui offrir le voyage de ses rêves. L'agence TEDDY TOUR à  BERLIN propose à votre peluche préférée une semaine de vacances pour une visite complète de Berlin (monuments majeurs, shopping, musées, ...), un picnic au parc ou encore les soins attentifs d'un physiothérapeute. Naturellement,  votre peluche reviendra avec un superbe album photo de ses périples et vous recevrez quelques jours plus tard ses cartes postales de tendre reconnaissance. 



Trois principes forts guident les prestations de l'agence :


1.  La sécurité - et ce de son arrivée à l'aéroport à la fin du voyage. Normal, une peluche fait partie des êtres les plus irremplaçables qui soient. Leur perte est tout bonnement impensable pour vous.
2. La non-discrimination : quelque soit la race et couleur, nationalité, religion, orientation sexuelle, forme physique ou psychologique de votre peluche - le service sera au top.
3. L'environnement : tout son périple se fera en vélo ou en transports en commun, votre peluche pouvant ainsi pleinement se vivre en eco-citoyen

4 packages sont possibles de 39 à 139 €  : circuit "paparazi", "compact", '"exclusif" ou "deluxe"

 

commentaires

Défenses des adeptes désignés du tourisme supposé inéquitable, égoïste et immoral !

Publié le 3 Février 2011 par Philippe MUGNIER dans Coup de gueule

Fumeuse, intrigante voire inquiétante la multiplication récente de nouveaux clercs dans leurs chapelles parfois dogmatiques, souvent prétentieuses et sures d’elles même pour décrire une réalité touristique à leur yeux fort insatisfaisante et prétendre la changer via de nouveau concepts et produits dans l’air du temps tels le « Tourisme équitable », le « Tourisme éthique », le « Tourisme solidaire », « Tourisme durable ». Intentions louables dans leurs fondements à priori – je suis comme eux, j’aspire pleinement en intentions et en actes via mes pratiques touristiques à la paix dans le monde, l’éducation, la richesse et la santé pour tous les humains dans un environnement préservé de la folie des hommes sauf que choisir de s’autocélébrer et se présenter comme adeptes et promoteurs du « Tourisme éthique », « Tourisme équitable » ou « Tourisme solidaire », « Tourisme durable », revient par la même à créer les catégories opposées - par lesquelles les non-adeptes de la "bien faisance" touristique sont par oppositions et non adhésion censés se caractériser et se ranger logiquement.

Ceux qui n’ont jamais acheté de leur vie un produit labellisé et auto-proclamé « Tourisme éthique », « Tourisme

équitable » ou « Tourisme solidaire », seraient donc des vacanciers adeptes du « Tourisme immoral », « Tourisme égoïste » ou « Tourisme inéquitable» , « Tourisme éphémère »? Créer et promouvoir ces notions en mon sens moralisantes revient à désigner les « purs » et les « nobles » d’âme et d’action d’un coté et les « salauds » et « vils » de l’autre. Mais que fait le parlement, que fait la police ? Si les soucis dénoncés par certaines de ces nouvelles mouvances touristiques n'étaient pas aussi graves, le "Code du Tourisme" n'aurait-il pas changé radicalement la donne à coup de Lois, Décrets contraignants et peines sévères ? Puisque non, j'en déduis que l'heure n'est pas si grave...je fais encore confiance en la sagesse du Parlement et réalisme de la Justice... Souvent, je rêve de poser les questions suivantes à certains activistes de la noble cause moralo-touristique. Dans leurs réponses (ou plutôt non-réponse), l'euro-centrisme joue souvent à plein. 

  • Les militants d’un tourisme chez l’habitant en Mauritanie ouvrent-ils la porte de leur appartement parisien aux touristes coréens ou émiratis de passage ?
  • Les tentes de SDF sur les bords de Seine à 300m du « George V » suscitent-elles les mêmes indignations que les favelas à proximité du centre ville de Rio ?
  • Les militants du droit à la découverte du monde pour tous, mettent-ils en œuvre des systèmes de financement de vacances dans l'occident riche pour papous ou roumains peu fortunés ?
  • Les moralisateurs stigmatisant le tourisme sexuel entre adultes consentants à l’étranger ont-ils bien mesuré la réalité du tourisme sexuel international dans l’économie touristique parisienne, de la ville d’eau de Châtelguyon ou du camping des Flots Bleus à Palavas ? 
  • Les acheteurs de « packages » certifiés tourisme éthique et durables en forêt amazonienne ont-ils traversé l’Atlantique en kayak ou en montgolfière pour limiter au mieux l’émission de Carbonne ?

Dans les années 30, mon grand père alors pauvre paysan avec une famille à nourrir dans les Alpes fermées au monde extérieur et aux modes de vie rétrogrades, a fait le choix de changer radicalement sa vie en une génération à peine pour être acteur à pleines dents du  tourisme de masse globalisé et pour grande partie financé et piloté par des pays voisins alors beaucoup plus riches. Pour ma part, je ne suis pas né comme mon père dans une ferme misérable mais dans un hôtel. Deux générations plus tard, je pense donc toujours à lui avec grand respect et reconnaissance lorsque au nom de l’éthique, de la durabilité, de la préservation d’us folkloriques et des modes de vie traditionnels j'entends encore parfois quelques nouveaux Ayatollahs de  la « bien-pensance » touristique qui déballent leurs  grands principes moralisateurs pour ceux qui tombent dans leurs pièges culpabilisants.  Merci grand père - j'adore ce que ton village www.lesgets.com est devenu et m'a permis d'être.

L’enfer est pavé de bonnes intentions… 

 

« La valeur des vacances, c’est la vacances des valeurs " Edgar MORIN 

 

commentaires

Estetikatour.com - TO tunisien spécialiste de l'hyménoplastie

Publié le 21 Septembre 2009 par Philippe MUGNIER dans Coup de gueule

Je suis frappé, ne trouvez vous pas que le logo d'Estetika Tour, voyagiste tunisien spécialiste de la "reconstruction de l'hymen" -  ressemble terriblement au nouveau logo de promotion de la destination France ? Clin d'oeil marketing aux récentes décisions de justice qui invitent Mariane à se présenter vierge devant le Maire, représentant municipal de la République ? Inch'allah, chez  www.estetikatour.com/hymenoplastie.shtml,  

Mariane n'a pas la poitrine à l'air et son hymen est dûment recousu... ouf la morale est sauvée du côté tunisien - la virginité est retrouvée. Estetikatour est donc un voyagiste à classer dans la catégorie "tourisme éthique". Du côté français, notre mariane passerait même pour une vraie "trainée"...  avec sa poitrine charnue, son sourire aguicheur et la couleur rouge qui rappelerait les rouges à lèvres les plus sensuels...


 

Fausses vierges, l'industrie du tourisme a donc pensé à vous (qu'elle industrie merveilleuse dites donc...cela s'appele du "marketing de niche"). Pensez donc, prix d'un "package hymenoplastie all inclusive" (ça veux dire "open bar" - on a beau vouloir redevenir vierge, un whisky coca au bar de l'hôtel reste cependant bienvenu) = 1250 €  - à peine !!! Avouez que ce prix modique est un bel incitateur à profiter pleinement de sa vie sexuelle post-pubère et pré-mariage.
Merci Estetikatour pour votre forte contribution à l'épanouissement sexuel avant mariage et vôtre politique de coûts bas accompagnant pleinement la libération sexuelle de la femme. Une réserve cependant,  vos coûts modiques sont de vrais incitateurs à la débauche avant mariage. Là vous allez très loin dans l'incitation à la luxure et dépravation. Mais puisque les "autorités" touristiques (Syndicat National des Agents de Voyages et Office du Tourisme Tunisiens, Organisation Mondiale du Tourisme garante de la bonne exécution de la "Charte du Tourisme Ethique" ..) ne trouvent rien à redire, je prends acte. Je m'incline...

 

Machos crétins et  soumises (voir PS1* - bougez vous les filles ! Où sont les passionaria qui sommeillent en vous ? Débout ! Réveillez-vous ! Révoltez vous ! La liberté ne se demande pas, elle se conquiert!) de tous pays  www.estetikatour.com/hymenoplastie.shtml - ce site est pour vous! Prochaine étape prévisible : des charters de fausses mais futures vierges sur les lignes de VIRGIN ATLANTIC Paris Charles de Gaulle/Monastir  ?


PS1* : "No one can make you feel inferior without your consent" - Anna Eleanor ROOSEVELT
"Je me révolte, donc nous sommes" - Albert CAMUS

PS2. Estetika Tours n'a rien inventé -  en effet, il y a environ 2000 ans, au tout début du tourisme, une touriste vierge fit le voyage de Judée pour Bethléem  dans une chambre d'hôte très très sommaire car mal chauffée où bon nombre d'animaux se sont tapés l'incruste : boeuf, âne, cafards, ... (nous n'avons pas retrouvé le nom du tour-opérateur de l'époque, il a du faire faillite). Bien que mère de famille, elle resta pourtant vierge pour la postérité... Certainement l'effet de 3 mages chirurgiens venus du désert tunisien...


 

commentaires

Coup de foudre : 6 milliards d'Autres - Au Grand Palais jusqu'au 12 février 2009

Publié le 9 Janvier 2009 par philippemugnier dans Pub et copinage

En 2003, après La Terre vue du ciel, Yann Arthus-Bertrand a lancé avec Sibylle d'Orgeval et Baptiste Rouget-Luchaire le projet "6 milliards d'Autres". 5.000 interviews ont été filmées dans 75 pays par 6 réalisateurs partis à la rencontre des Autres.
Du pêcheur brésilien à la boutiquière chinoise, de l'artiste allemande à l'agriculteur afghan, tous ont répondu aux mêmes questions sur leurs peurs, leurs rêves, leurs épreuves, leurs espoirs :

Qu'avez-vous appris de vos parents ?
Que souhaitez-vous transmettre à vos enfants ?
Quelles épreuves avez-vous traversées ?
Que représente pour vous l'amour ?...

Une quarantaine de questions essentielles permettent ainsi de découvrir ce qui nous sépare et ce qui nous lie. Ces portraits de l'humanité d'aujourd'hui, déjà partiellement accessibles sur le site www.6milliardsd'autres.org seront présentés au Grand Palais lors d'une Exposition du 10 janvier au 12 février 2009.

commentaires

Le tour du monde des iconoclastes - épisode 1 : PARAJANOV, le dingue magnifique d’Arménie

Publié le 27 Décembre 2008 par philippemugnier dans Tour du Monde

L’âme iconoclaste de l’Espagne s’est illustrée via Dali, celle de l’Italie via Fellini, la Française via Cocteau. Complétons cette famille de doux fabuleux par un détour en Arménie. Et si la « movida caucasienne » qui prend son envol depuis quelques années avait commencée par Parajanov ? Coup de foudre au Musée Parajanov de Erevan/Arménie www.parajanovmuseum.am. Suivez le guide…. Né le 9 janvier 1924 à Tbilissi en Géorgie, mort le 20 juillet 1990 à Erevan en Arménie, Sergey PARAJANOV est un réalisateur qui fut controversé en Union Soviétique, mais très défendu et apprécié par les cinéphiles occidentaux. Sans connaître la langue de ses ancêtres arméniens, ni leur pays, Paradjanov va graduellement s’éloigner de la grammaire soviétique pour élaborer une œuvre cinématographique en prise directe avec les traditions des régions caucasiennes où il tourne. Artiste pluriethnique, musicien, plasticien, peintre, il doit en partie sa tournure d’esprit au fait que son père, Iossif Paradjanian, était antiquaire.

Un contact précoce avec les objets d’arts a façonné son imaginaire et son goût pour les collections. Il a inspiré sa pratique stakhanoviste des collages, qui tiennent à la fois de l’art conceptuel et du folklore naïf ; des films compressés en quelque sorte, que Paradjanov bricolait lorsqu’il ne pouvait pas tourner (en prison notamment). Sa vie et son art étaient mêlés. Sa maison familiale de Tbilissi, ouverte aux hôtes de passage, était un grand capharnaüm où s’entassaient décors, costumes et objets d’art hétéroclites. Ses films singuliers sont souvent influencés par la diversité ethnique de sa région natale le Caucase et mêlent réalité sociale, folklore, légendes et chamanisme. Si cet artiste hors catégorie jouit alors d’une certaine notoriété, c'est moins pour son œuvre que pour son statut politique. En décembre 1973, les autorités soviétiques le condamnent à cinq ans de travaux forcés. Paradjanov

fait la une des journaux lorsqu’il est incarcéré en Ukraine en 1974 pour « commerce illicite d’objets d’art, homosexualité et agression sur la personne d’un fils de dignitaire du régime », les médias, les comités se mobilisent (en France, Yves Saint-Laurent, Françoise Sagan, et surtout Louis Aragon, montent au créneau). Le pouvoir reproche implicitement au cinéaste de promouvoir le nationalisme. À l’époque, il a déjà tourné l’essentiel de son œuvre : six longs métrages. Il ne passe que quatre ans en prison. Au sortir de sa détention, il réalise des collages et produit un grand nombre de dessins abstraits. Mais il sera à nouveau incarcéré. Ses divers séjours en prison s’achèvent en 1982. Il en revient malade (diabétique, cancéreux). Mais, soutenu par plusieurs intellectuels, il réussit à tourner deux films : La Légende de la forteresse de Souram (1985) et Achik Kérib (1988). La Légende de la forteresse de Souram est tirée d’une nouvelle du Géorgien Daniel Chonkadzé selon laquelle une forteresse ne peut être sauvée de la ruine que si un homme y est emmuré. Achik Kérib, tiré d’une nouvelle du poète russe Mikhail Lermontov, rappelle les contes des Mille et une nuits : un jeune troubadour pauvre tombe amoureux de la jolie fille d'un riche marchand. Pour pouvoir l’épouser il décide de faire fortune en parcourant le monde… Vous voulez sentir et comprendre le Caucase éternel tout autant que  l'Arménie cosmopolite ? Le Musée Parajanov doit être votre première visite dès votre sortie de l'aéroport de Erevan !

 

commentaires

Cachez moi ce sein que je ne saurais voir…

Publié le 9 Décembre 2008 par philippemugnier dans Politique

Je dois l’avouer, je suis un grand nostalgique des billets de 100 francs qui circulaient encore jusqu’en 2002 dans le monde entier avec la Marianne de Delacroix guidant le peuple vers la liberté. Par sa monnaie et son billet de 100 balles à la poitrine dévêtue, généreuse et décomplexée, la France exprimait alors ses valeurs de liberté et laïcité sans concessions. Quel plaisir que de penser que les plus prudes, conservateurs et intégristes ne refuseraient pas ce billet de fortune. L’argent n’a pas d’odeur…mais ses symboles véhiculent des valeurs et une posture de la France sensuelle. L’Hexagone revient là à ses fondamentaux identitaires et se trouve ré-énergisée pour conquérir le monde et propulser son idée de la féminité assumée et libérée et de la liberté proposée au monde globalisé. Depuis, de sinistres ponts et portes ont remplacé sur l’Euro les personnes jadis animées de pulsions révolutionnaires.

Plus proche de nous, février 2008, la CarlaBrunimania est à son comble et les 2 tourtereaux présidentiels se disent oui pour la vie. La France s’est retrouvée une nouvelle Marianne de la féminité, de l’élégance, de la générosité.  La communication d’Etat nous présente alors une République s’incarnant de nouveau via une Marianne libre, authentique. Le 19 juin 2008, Hervé NOVELLI, sous-ministre du tourisme peu connu pourtant pour ses positions libertaires présente avec fierté lors de la grande messe des Assisses Nationales du Tourisme  le nouveau logo d'Atout France, organisme d’Etat chargé de promouvoir l’Hexagone touristique à l’étranger. Une campagne internationale est annoncée pour l’automne. Les plus républicains se réjouissent d’imaginer la France promue dans le monde entier dont les pays les plus réactionnaires, à travers cette image réaffirmée d’une France féminine et affranchie via une Marianne sexy invitant au « Rendez-vous en France ». Le graphisme ne

laisse place au doute : la France revient à sa Marianne d’origine, seins à l’air. Dans le logo réalisé par l’agence Carré Noir, on y voit en effet une Marianne – symbole féminin de la République française – regardant vers l’avenir, mais surtout nue pour qui sait bien regarder. La lettre F de France avec la barre de la lettre R forment son bras droit ; les traits arrondis du R, son sein droit vu de profil ; la A, son sein gauche vu de face ; et le N, son bras gauche. En-dessous, figure le slogan évocateur «Rendez-vous en France». Le groupe de travail composé de professionnels du tourisme et de la communication a tout d’abord organisé une réunion de réflexion pour déterminer les valeurs qui rendent la France unique. Résultats : la liberté (indépendance, créativité, imagination, audace, spontanéité, multitude de possibilités) ; l’authenticité (histoire, patrimoine, culture, naturel, vrai) ; la sensualité (plaisirs, hédonisme, épicurisme, amour, intensité, intuitivité, passion, féminité). 

Patatra, le 12 septembre 2008, le chanoine du Latran Sarkozy accueille Benoit XVI et la France, fille aînée de l’église bascule dans une ambiance d’encens et d’eau bénite des plus envahissantes. Le 24 novembre 2008 jour du lancement de la campagne internationale d'Atout France, abracadabra, Marianne redevient prude et hasard (?) de la

communication gouvernementale, l’agence de publicité ayant du revoir sa copie, les nichons de la république ont disparus ! Les prudes ont gagnés. Du côté d'Atout France, aucun commentaire sur ce virage en communication sinon le besoin de réagir au tollé des professionnels. La France a du changer entre-temps. Il est vrai que la Marianne préférée de notre Président est Mireille MATHIEU. Place de la Concorde, on est bien loin des performances de Janet JACKSON qui ont déclenché les foudres de culs-bénits américains. Vraiment, je suis nostalgique des billets de 100 francs – depuis, les couleuvres du politiquement correct globalisé ont été avalées, l'autocensure règne et la République est retournée s'habiller.

 

commentaires

FreeGaza : la croisière ne s'amuse plus ou la naissance du "tourisme activiste" ?

Publié le 17 Août 2008 par Philippe MUGNIER dans Politique

Ils ont une moyenne d'âge de 60 ans, sont américains, anglais, allemands, israëliens ou palestiniens et présentent le profil parfait de croisiéristes prêts à savourer une croisière qui s'amuse. Pourtant, ces touristes sont d'un nouveau genre : ils préparent une croisière commando entre Chypre et Gaza dès fin août 2008 - l'abordage du blocus de Gaza - ni plus, ni moins ! Leur objectif : alerter l'opinion publique internationale sur le calvaire de la bande côtière palestinienne étranglée depuis plus d'un an par le blocus israëlien. Ces compagnons et

vétérans grisonnants ne rêvent que d'ouvrir de force avec leur bâteau (qu'aucune compagnie d'assurances au monde ne souhaite du reste assurer...) la première ligne maritime à destination de l'enclave sabloneuse de Gaza depuis son occupation par les troupes de l'état d'Israël en 1967. En dépit d'une grande tension et pressions depuis l'annonce de leur projet, les apprentis matelots tiennent bon. L'annonce que la marine israëlienne envisage d'arraisonner leur flotille ne les décourage pas. Après deux années de préparatifs épiques, tous ont le sentiments d'avoir déjà gagné. "Si les Israëliens nous arrêtent dans les eaux internationales, c'est un crime. s'ils nous arrêtent dans les eaux de Gaza, c'est la preuve qu'en dépit de l'évacuation des colons ce territoire est toujours sous occupation. Or, en droit international, l'occupant doit s'assurer du bien-être de la population, ce que bien sur Israël ne fait pas. Dans les 2 cas, on est gagnants. On prend le pays en flagrant délit de violation du droit international" affirment-ils. CQFD ! Par précaution, Hedy Epstein, la super-mamie de la troupe a pris des cours de natation à la piscine municipale avant de quitter le Missouri pour cette croisière sérieuse. Sait-on jamais...

Mission réussie !

Sommes nous aux prémisses d'une nouvelle forme de tourisme : le "tourisme activiste" visant à profiter de son temps de vacances pour dans un cadre "enchanteur" d'une activité normalement de loisirs pousser un coup de gueule et mettre un beau boxon médiatique ?


Illustration d'actions possibles :

- mobiliser 500 skieurs sur un télésiège et refuser collectivement de descendre de son siège avant que la station de ski ne se prononce sur des enjeux de développement durable et aménagement de la montagne ?
- débarquer à 50 touristes dans une ferme auberge et prendre en otage un troupeau de vaches dans l'étable en exigeant de la Préfecture  et de la Chambre Régionale d'Agriculture de revoir leurs engagements en matière de subventions à l'agri-culture bio, à l'utilisation de farines animales, ...

- inviter plus de 5000 visiteurs dans le Louvre à refuser de sortir à la fermeture du musée en créant l'évènement médiatique qui invitera le Ministère de la Culture à reconsidérer sa politique tarifaire et d'accès à la culture, ...

- dans un hôtel club all-inclusive situé dans un pays en voie de développement, mener la fronde de tous les résidants de l'hôtel qui s'empareront de quantités phénoménales de nourriture de la formule buffet à gogo au bénéfice immédiat des populations pauvres environnantes de l'hôtel, ...

Bref, le "tourisme activiste" reste à inventer tout en ne faisant aucune concession sur le cadre bucolique, dépaysant, charmant de l'endroit (le Droit aux vacances ainsi respecté). Il permettra cependant à son adepte (plutôt à ses adeptes, car l'effet masse et de groupe est capital pour sa réussite) de revenir à la maison en ayant de beaux souvenirs de vacances à raconter à ses collègues de travail tout en ayant le sentiment du devoir accompli en matière éthique et politique, voire quelques résultats probants.

 


 

commentaires

2018 : la fin programmée des Offices du Tourisme Nationaux

Publié le 6 Juillet 2008 par Philippe MUGNIER dans Marketing

De l’ère de la représentation simili-touristico-diplomatique, la majeure partie des Offices du Tourisme Nationaux évoluent depuis une décennie – et avec bonheur pour l’industrie (TO, distribution, aérien,…) - vers des comportements d’officines de marketing. En 2018, les Offices Nationaux du Tourisme tels que nous les connaissons depuis le siècle dernier avec vitrines, comptoirs et brochures auront disparus. La globalisation de la désormais 1ère industrie mondiale aura alors pleinement fait son œuvre.

 

L’époque pendant laquelle tout au plus 50 destinations majeures dans le monde se battaient pour recueillir les faveurs des vacanciers de quelques tout au plus 20 marchés majeurs en Europe, Amérique du Nord et Asie du Nord Est est d’ores et déjà révolue

 

En 2018, le nombre de territoires (villes, resorts, régions, pays, regroupement d’états, …) affirmant pleinement une vocation touristique et ayant pertinence marketing à promouvoir leur « marque destination » aura encore considérablement augmenté. Si le « gâteau » mondial à partager est de 900 millions de touristes aujourd’hui, il sera de plus d’1 milliard et demi en 2018 affirme l’OMT. Imagine t’on des scenari moins optimistes dus à

l’augmentation du coût de l’aérien ? Si oui, alors la « guerre » marketing entre destinations n’en sera que plus rude pour séduire les voyageurs internationaux « happy few ». Parallèlement, l’affirmation d’économies émergentes en Afrique, Asie et Amérique du Sud, … rentrant à leur tour dans l’ère des loisirs multipliera le nombre de marchés émetteurs intéressants à travailler (globalement ou sur des niches très spécifiques) et donc

d’opportunités de capter de nouvelles clientèles.

 

En bref, l’offre de destinations va exploser et la demande mondiale sera encore plus diversifiée géographiquement, segmentée sociologiquement, complexifiée technologiquement, zappeuse par goûts ou contraintes, … Les budgets de promotion des destinations devront alors se répartir sur un nombre croissant de marchés émetteurs - et il est clair que ces sommes n’augmenteront pas proportionnellement à la multiplication

des marchés à considérer. Cette équation comptable ne pourra se résoudre qu’en valorisant les investissements marketing au détriment des charges structurelles. La mutualisation des moyens et l’outsourcing du marketing des destinations à des sociétés privées aux contrats renouvelés sur résultats est donc inéluctable. Depuis 2000, le développement  rapide d’Interface Tourism qui pilote le marketing de plus de 15 destinations (Abu Dhabi, Australie, Kenya, Equateur, Philippines, zone Caraïbes, Navarre, Philadelphie, Taiwan, ……) en mutualisant ses frais de structure et son expertise marché et marketing, illustre parfaitement cette mutation de fond.

  

En 2018, le politique garant du bien commun restera maître du pilotage du marketing stratégique des destinations. Mais,  sous la pression de leur industrie réceptrice aux exigences de yield accrue et de leurs contribuables citoyens davantage attentifs à la bonne gestion de fonds publics, les responsables politiques n’auront pas d’autres choix que d’évoluer vers des structures de promotion plus souples, efficaces, adaptables, véloces, investies pleinement de la culture du retour sur investissement….Ces structures devront être aptes à gérer la complexité des marchés, des opportunités, des risques et incertitudes. D’un

marketing statique géographiquement mis en œuvre avec les lourdeurs inhérentes aux institutions parfois bloquées par des contingences politiques, structurelles, de management de leurs personnels, les destinations évolueront vers un marketing tactique, décomplexé, opportuniste, yieldé dans le temps et dans l’espace désormais pleinement globalisé. Dans ce nouveau monde où le marketing de la demande des marchés prendra pleinement le pas sur le marketing de l’offre des destinations, l’arme de la guerre sera alors l’ « intelligence marché », la souplesse et créativité des structures locales.

 En 2018, une petite poignée de réseaux internationaux de sociétés spécialistes du marketing de destinations se partageront la conception et mise en œuvre du marketing global (stratégie, RP, salons, publicité, web, développement commercial, événementiel, formation, animation de la distribution, hotline consommateurs, lobbying, communication de crise, e-learning,…) des « destinations marques » du monde entier. Ces réseaux concurrents faisant l’interface marketing entre les destinations et les marchés n’auront d’autres choix pour conserver et gagner des destinations clientes de se livrer à  une course à l’innovation technologique, à la formation marketing et relationnelle de leurs collaborateurs

experts, à l’ «intelligence marché », à la négociation de deals marketing avec des acteurs eux-même globaux (GDS, groupes de presse, organisateurs de salons, marques mondiales pour co-branding, moteurs on-line…). Ils apporteront ainsi une offre globale, flexible et aux effets mesurables pour leurs clients institutionnels. Les Administrations Nationales du Tourisme désormais affranchies des tentations du politiquement correct, du consensus mou, des non-choix stratégiques, des lourdeurs administratives et de dérives de dépenses parfois inconsidérées joueront alors pleinement leur rôle de catalyseurs de richesses pour leur industrie réceptive et les populations des pays concernés. En 2018 (et certainement bien avant !), tous les Offices du Tourisme auront alors fait leur révolution. Les groupes mondiaux spécialistes du « marketing destination » auront alors créé un nouveau métier pleinement reconnu, compris et respecté : celui d’interface entre destinations et marchés…. bien loin du métier artisanal de « représentant » de destinations ou d’« ambassadeurs d’opérette » en référence à la mythique « avenue des voyages » de l’Opéra devenue en 2018 vide de trop coûteuses vitrines touristiques

commentaires
<< < 1 2 3 4 > >>